Visualisation de données

Évolution de la répartition des revenus dans les cantons (de 1950 à 2010)

R version 3.0.0 (2013-04-03) • googleVis-0.4.2Google Terms of UseData Policy

Lecture des données

Le graphique animé présenté ci-dessus représente le revenu moyen de l’intégralité des cantons suisses pour l’année 1950. Ce revenu moyen indique le niveau de vie et le coefficient de Gini permet de mesurer le degré d’inégalité. On peut visualiser l’évolution du revenu moyen dans le temps (jusqu’à l’année 2010) en cliquant sur le bouton de lecture situé en bas, à gauche du graphique. Y a-t-il un lien entre l’augmentation du niveau de vie et les inégalités ?

Le graphique est interactif. En d’autres termes, vous pouvez choisir les variables représentées vous-même, ainsi que le type de représentation qui vous convient. Cela vous permet d’explorer les données comme vous le souhaitez. Vous pouvez plus ou moins modifier l’apparence du graphique en utilisant les fonctionnalités proposées en haut, à droite. Cela vous permet de le visualiser sous la forme d’un graphique à barres ou d’un graphique linéaire. Les variables indiquées à l’axe x ou y s’adaptent immédiatement. Y a-t-il des cantons dans lesquels les 10 % les plus aisés se sont encore enrichis ? Découvrez-le en modifiant l’apparence du graphique et en optant pour un graphique à barres, et sélectionnez le quantile 90 % sur l’axe y.

Interprétation des données et concepts utilisés

  • Revenu moyen (corrigés de l’inflation,2010): moyenne arithmétique
  • Coefficient de Gini : mesure du degré d’inégalité. Lorsque le coefficient de Gini est nul, il indique une répartition parfaitement uniforme de l’inégalité tandis qu’un coefficient de Gini égal à un représente une inégalité absolue.
  • Quantile P : valeurs indiquant la répartition des revenus et le niveau de revenu à partir duquel le pourcentage p de la population se situe en dessous du revenu minimal. Ainsi, le pourcentage (1-p) indique des revenus supérieurs.

Source

Les données se basent sur les revenus imposables de personnes physiques (pas de personnes ou foyers ne payant pas d’impôts sur le revenu) selon les statistiques fiscales de l’Administration fédérale des contributions AFC (cf. http://www.estv.admin.ch/dokumentation/00075/00076/00701/index.html?lang=fr), propres calculs.